écoles du vin formations

Les formations du vin

Résumé

Aujourd’hui, le secteur du vin emploie 600 000 personnes en France et recèle de belles opportunités, notamment à l’export.

Vin & Société vous propose de découvrir dans les grandes lignes les formations du vin, avec un zoom sur les plus cotées.

Les meilleures formations dans l’univers du vin


Aujourd’hui, le secteur du vin emploie 600 000 personnes en France et recèle de belles opportunités, notamment à l’export. Qu’il s’agisse de produire sur le terrain, de vendre à l’international ou de conseiller les consommateurs, un grand nombre de formations existent. Vin & Société vous propose de les découvrir dans les grandes lignes, avec un zoom sur les plus cotées.


Les formations Production


Ouvriers viticoles, maîtres de chai, ingénieurs, œnologues… Ceux qui produisent le vin en France disposent d’un savoir-faire reconnu et recherché dans le monde entier. Apprendre à produire du vin, en vérifier la qualité ou travailler la vigne, toutes les formations existantes en matière de production comportent une large part d’enseignements scientifiques et techniques.

Au plus près du terrain, les brevets agricoles, les bacs professionnels ou les BTS (BTSA à niveau bac +2) forment les futurs ouvriers agricoles, les techniciens et les viticulteurs.

De bac +3 à bac +5, les licences professionnelles et les masters proposent des spécialisations pointues comme la licence Viticulture Raisonnée et Certification Environnementale, la licence Innovation et Mondialisation ou le master Vins de Champagne.

A bac +5, le diplôme d’ingénieur agronome option viticulture-œnologie à Montpellier et le Diplôme National d’œnologue (DNO) constituent des musts pour ceux qui veulent exercer des responsabilités dans la production de vin. Et pour mettre toutes les chances de son côté, rien n’empêche de cumuler les formations ; ingénieur agronome et DNO ou master viticulture œnologie et DNO par exemple.

Enfin, ceux qui souhaitent voyager grâce à leur métier choisiront un cursus dispensé 100% en anglais (à la très réputée IHEV Supagro de Montpellier notamment).  

 

Les formations Conseil et Vente (sommellerie, caviste, vente)


A côté des viticulteurs, de nombreux métiers existent pour diffuser la culture du vin et le vendre en France comme à l’étranger (notamment au Brésil et à la Chine, les nouveaux consommateurs de vin dans le monde).

Dans les métiers du commerce, les BTS, licences professionnelles et masters s’adressent à des étudiants passionnés par le produit (chef de vente, responsable des achats) mais aussi par le voyage et la découverte de nouvelles cultures. Les masters proposent ainsi souvent un enseignement mixte mêlant connaissance du produit, management et dimension internationale (une partie des cursus pouvant s’effectuer à l’étranger).

Parmi les formations en commerce international particulièrement cotées, citons le Master Spécialisé Commerce International des Vins et Spiritueux du groupe ESC Dijon Bourgogne, le Master Management Vins et Spiritueux de la Kedge Business School et le MBA de l’INSEEC à Bordeaux (International Wine Institut). Leurs diplômes sont très prisés des entreprises, et permettent de se constituer un réseau international de haut vol. Ceux qui préfèrent les filières courtes opteront pour un BTS, comme le BTS Technico Commercial en Vins et Spiritueux qui permet d’entrer directement dans le bain de la vente.

Du côté des métiers de conseil, les jeunes « fans » du vin peuvent transmettre leur passion en se formant au métier de sommelier ou de caviste. Les formations reines pour ces métiers sont celle de Conseiller Commercial en Vins et Spiritueux à l’IFCO Marseille/Paris et celle de Sommelier-Conseil-Caviste à l’université du vin de la Suze-La-Rousse.

A noter aussi que les formations dans le vin se font l’écho de la montée en puissance de l’œnotourisme.


Les métiers qui ont le vent en poupe


- Du côté du travail de la vigne, les tractoristes sont très demandés, ainsi que les spécialistes des nouvelles techniques et technologies appliquées à l'agriculture.
- Les métiers liés à l’export : vente, marketing, mais aussi chargés de mission en œnotourisme.
- La filière viticole bio est aussi créatrice d’emploi dans les exploitations (on en compte 4 fois plus qu'il y a 15 ans) et du côté des métiers de la cave  (œnologue, maître de chai, caviste).