raisin-application

ITW Jean-Hugues Bretin de l'application Raisin

Résumé

ITW de Jean-Hugues Bretin, fondateur de l'application Raisin qui met en avant les bouteilles, les vignerons et les établissements de vins naturels. 

Entretien avec Jean-Hugues Bretin, fondateur de l'application Raisin

jea-hugues-bretin-1

Pourquoi avoir fondé l’application Raisin ? 

Au départ, je ne buvais pas de vin. En 2010, une amie vient dîner avec une bouteille de P’tit Blanc du Tue-Boeuf de Thierry Puzelat. C’est une révélation ! Je me renseigne ensuite auprès de celui qui deviendra mon caviste, qui m'explique ce qu'est le vin naturel. Très rapidement, je me trouve à me documenter sur le sujet, à aller sur les salons, à rencontrer les vignerons qui réalisent ces vins, et je me rends compte que c’est compliqué de savoir qui fait quoi et où trouver ces vins. Avec Nathalie Alves, nous créons le blog “On Boit Quoi Ce Soir ?” et publions la carte “Où boire des vins naturels à Paris”, puis nous faisons de même pour New-York et Londres. L’idée de l'application viendra bien plus tard. J’aime faire des choses, créer, mais je ne me sens pas l’âme d’un businessman, me résoudre à endosser cette casquette me prendra des années. De plus, j'ai toujours pensé que quelqu’un d’autre que moi ferait cette application. Et un jour, c’est l'évidence, un matin de mai 2015 je me décide à devenir cette personne.             

 

Le vin naturel, phénomène de mode ou méthode de consommation durable ? C’est un phénomène de mode ancestral ! Ce qui est complètement paradoxal aujourd’hui, c’est que la production de vin naturel est très réduite par rapport à la taille globale du marché du vin (environ 1,5%). Mais c’est aujourd’hui LE sujet de discussion principal dans le monde viticole. Il correspond à une attente des consommateurs pour des produits réalisés au plus près du fruit.

   

Que vous a apporté votre expérience dans le digital ? Changer de secteur a-t-il été évident pour vous ? (Jean-Hugues a travaillé vingt ans comme développeur Web, notamment chez Yahoo). Énormément de choses. La dimension nécessairement internationale de tout projet, le travail à distance, le suivi et l’accompagnement d’une équipe internationale. Mais surtout qu’il faut faire ce que l'on aime avant toute chose. Par exemple, nous demandons aux bénévoles qui souhaitent nous rejoindre de démontrer leur réel engagement vis-à-vis du vin naturel, leur passion. C'est pour nous le facteur le plus important. Parce qu’ajouter des vignerons sur l’application, ainsi que les établissements proposant du vin naturel et les évènements qui mettent en avant de tels vins, cela reste du travail et il faut comprendre ce qui nous anime pour accepter de passer du temps à faire des choses qui sont très chronophages et parfois pas très amusantes.

  

Vous sollicitez souvent votre communauté (crowdsourcing, crowdfunding…), cela reflète-t-il certaines valeurs de votre démarche ?

Cela reflète surtout la dimension humaine qui règne dans le mouvement du vin. Les gens les plus passionnés, les plus intéressants sont les gens que j’ai rencontrés dans ce milieu.

Aujourd'hui, l’homme moderne reste sourd aux modifications que subit la nature. Pourtant les vigneron(ne)s et le monde agricole peuvent en témoigner, les changements à l’œuvre à l’heure actuelle nous dépassent et donnent le vertige. Par exemple, en Alsace, entre 1970 et 2010, la période des vendanges a été avancée de 26 jours. Cet exemple n’est pas isolé et il existe tellement de faits avérés qui font quotidiennement la une des journaux que je suis toujours surpris de l'absence de réaction de notre part. En ce qui concerne Raisin et à notre petite échelle, nous essayons de mettre les outils numériques au service des valeurs qui sont surtout celles du bon sens. Nous soutenons les hommes et les femmes qui sont le plus en adéquation avec la réalité et qui, à leur niveau, apportent des solutions à une vie harmonieuse et pérenne sur cette planète.     

 

jean-hugues-bretin-1

Avez-vous un profil type d’utilisateurs ? La consommation raisonnée touche-t-elle plus les jeunes générations ? 

Oui, ce sont des gens sensibles aux questions environnementales, qui sont aussi à la recherche de produits sains, respectueux de la nature. Ce sont plutôt de jeunes citadins avec un pouvoir d’achat plus élevé que la moyenne ; ils sont à l'avant-garde des changements qu'opère le monde. Les jeunes générations ont une conscience accrue des enjeux qui nous touchent tous et qui deviennent principalement les leurs, leur futur.

     

Votre nouveau livre "Raisin, 100 grands vins naturels d’émotion !", est-il un moyen de faire tomber les barrières entre consommateurs de vins natures et vins conventionnels ? Pour qu’un vin soit bon, il faut avant tout qu’il soit bien fait. Et contrairement à ce que pensent encore beaucoup de gens, un bon vin est réalisé avec un unique ingrédient, du raisin. Ce n’est pas moi qui le dis mais Jules Chauvet (négociant-éleveur de vin dans le Beaujolais, considéré comme le père du mouvement des vins naturels). Ce livre, c’est surtout un superbe outil pour faire comprendre au plus grand nombre que l’on ne peut plus dissocier le goût de la notion d'intégrité. En clair, les plus grandes émotions sont celles que procurent les vins réalisés par les vigneron(ne)s qui travaillent sans artifice, au plus près du fruit.

Vous référencez les bars, cavistes, restaurants et événements liés au vin nature. Quelles seraient les futures fonctionnalités de l’application ? A-t-elle vocation à s’étendre sur le bien manger également ? 

L’équation est assez simple : dans les endroits où l'on trouve du vin naturel, on trouve presque toujours des produits de saisons, de proximité, souvent biologiques. C'est exactement ce qu'attendent nos utilisateurs et c’est exactement à cela que servira la prochaine version de Raisin, qui devrait sortir dans les prochaines semaines. La vocation de Raisin c’est de promouvoir le bon et le goût et ce sont les commerces de proximité, les artisans et les petits producteurs qui savent partager et mettre en avant ces savoir-faire. Nous souhaitons les accompagner et les soutenir. 

 

Votre plus belle émotion de l’année 2020 avec un vin ? 

Ils sont si nombreux que c’est un vrai crève-cœur que de n’en citer que quelques-uns, alors je vais surtout lister les moins connus : Mathieu Apfel en Savoie, La famille Vaillant en Anjou, Le domaine de l’Astré en Dordogne, Miguel Viseu au Portugal. Des vins pour lesquels j’ai trouvé que les bouteilles étaient trop petites ;)

 

Téléchargez l'application Raisin