Infos-clés

1/4

des collégiens ont déjà été ivres
Donnez l’exemple, consommez avec mesure
Selon les âges, adaptez votre discours
L'objectif : sensibiliser aux risques de l'excès pour favoriser un comportement raisonné

Nos Dossiers prévention

Quelques conseils pour en parler avec vos enfants

Vers quel âge commencer à en parler ?

La loi dispose que l’âge légal pour consommer de l’alcool est 18 ans. Gardez bien en mémoire que l’alcool a des effets sur le cerveau en développement qui devient mature à l’âge de 20 ans environ... « Papa, qu’est-ce que tu bois ? » Dès 6 ou 7 ans, les enfants s’interrogent. A vous de créer un échange fructueux sur le vin, de parler de son histoire, de ses arômes... C’est par la connaissance et l’éducation que vous pourrez passer un message de consommation responsable, respectueuse du produit, de ceux qui le font et de celui qui le consomme. Lui rappeler que la consommation d’alcool est interdite aux mineurs de moins de 18 ans et qu’à l’âge adulte l’alcool se consomme avec modération en lui expliquant les repères de consommation responsable.

Soyez vous-mêmes !

Avec des parents responsables et conscients, les enfants sont mieux protégés et seront demain des adultes avertis et éduqués. Les enfants ont tendance à imiter les comportements parentaux : n’oubliez pas que le modèle, c’est vous. Si vous consommez avec mesure, si vous préférez la convivialité à l’ivresse, il y a une bonne chance qu’ils le fassent aussi à leur tour. Parlez-en ensemble, expliquez et écoutez.

S’amuser sans abuser

Au café, en soirée, votre adolescent est confronté à l’image de l’alcoolisation vécue comme un euphorisant rapide. Pression des copains, période de transgression des tabous, stress de la performance scolaire et du jugement, nos enfants décompressent en ingurgitant parfois de grandes quantités d’alcool en un temps record. C’est le phénomène de « binge drinking » ou « beuverie express ». C’est aux parents qu’il revient de mettre en garde les adolescents, et de leur apprendre la consommation mesurée, pour protéger leur santé et leur avenir. Apprenez-lui qu’on doit protéger sa santé. Enseignez-lui les plaisirs d’un verre de vin lentement dégusté pour en apprécier les arômes, associé à un repas pour l’agrément du palais. N’oubliez pas la sagesse de l’éthylotest. Si l’alcool n’est pas un tabou entre lui et vous, il vous sera d’autant plus facile d’en discuter et le dialogue reste la clé.

Ce soir, il sort.

Et revoilà votre plus grande angoisse. Où, avec qui, et surtout par quel moyen de transport ? Informez-vous sur les préparatifs de la sortie. Et vérifiez qu’il est conscient de ses responsabilités. Donnez-lui la confiance et les outils afin qu’il puisse s’affirmer face aux excès de ses amis ayant abusé au moment de prendre le volant. Scooter, mobylette, ou automobile, qu’il soit ou pas le pilote, assurez-vous qu’un conducteur sobre est déjà désigné pour le retour. Un bon moyen de se rassurer ? Fournissez à votre enfant un éthylotest, et engagez-le à faire souffler le conducteur avant de reprendre le volant. Au moindre doute : organisez le rapatriement, pourquoi pas avec d’autres parents, et au besoin acceptez de vous faire réveiller. Pensez également à la solution taxi, lorsqu’elle est disponible.

Parlez-lui franchement

En cas de comportement excessif persistant, si les difficultés grandissent, si les proches, les enseignants ne sont plus d’aucun secours, si le dialogue se rompt, n’hésitez pas à en référer à un professionnel de l’écoute. Dans cette situation de blocage, pour lui, pour vous, l’échange avec un tiers est essentiel remède (Alcool Info Servie : http://www.alcool-info-service.fr/ ou par téléphone au 0 980 980 930)

Sources : Organisme québécois Educalcool. Sécurité Routière, http://www.ckisam.fr ; Association "entreprise et prévention"
Entre jeunes
Au volant
Pendant la grossesse

Google+ Linkedin Partager par Email