Magazine

Politique
Publié le 25.04.2012
par Vin & Société
Taille du texte A A A
En haut

Vin & Société s’engage en matière de santé publique

Mots-clés politique

Si la consommation d’alcool quand elle est excessive, comporte des risques contre lesquels il faut lutter, l’approche très manichéenne qui vise à faire baisser de façon indistincte la quantité d’alcool consommé en France et qui a prévalu dans la loi de Santé publique de 2004 n’est plus de mise.Aujourd’hui la filière vin s’engage, au côté des pouvoirs publics, à participer à une politique de prévention active visant à réduire les comportements  dangereux et à faire connaître les repères de consommation qui préservent chacun de risques individuels et collectifs. La promotion d’une approche qualitative et responsable, portée par l’éducation et la culture, ainsi que des actions de prévention ciblées auprès des jeunes constituent les engagements que Vin & Société porte en matière de Santé publique.


Moins d’interdits, plus de pédagogie !

Un constat tout d’abord : la consommation de vin en France a profondément évolué en 50 ans puisqu’elle a diminué de 70%. D’une consommation de vin aliment et énergétique, elle s’est transformée en une consommation d’appréciation, de valorisation du repas et de convivialité. De nouveaux modes de consommation ont émergé, la santé, la qualité, la responsabilité sont au cœur des préoccupations des Français.
Parallèlement, le nombre de décès qui peuvent être reliés à l’alcool a été réduit de moitié en passant en dessous de la barre des 21 000 décès annuels, toutes causes confondues, morts violentes, pathologies chroniques (G. Rey, 2010). De plus, le nombre de personnes évaluées comme dépendantes à l’alcool reste à 3% de la population française selon le dernier baromètre santé 2010, un chiffre qui semble incompressible quelle que soit la politique menée et le pays concerné.
Moins d’interdits, plus de pédagogie, moins de messages anxiogènes : les prochaines campagnes d’éducation et de sensibilisation devront promouvoir le vin comme boisson d’accompagnement des repas, facteur de convivialité. Elles devront aussi s’accompagner de programmes pédagogiques d’éducation à la consommation responsable, au goût, à la culture et au respect du vin. Des initiatives de ce type ont déjà été développées, comme le « Wine in Moderation » européen, qui s’inscrit dans le cadre de la stratégie européenne alcool adoptée en octobre 2006 et au sein d’un partenariat avec la Direction Générale de la Santé de la Commission Européenne. Vin&Société en est le correspondant français.
Parallèlement, la filière développe ses propres opérations comme la promotion du vin au verre et le Vinétui (www.vinetsociete.fr/vinetui), dont l’objectif est de réduire les comportements à risque.

Pour les jeunes, des actions de prévention ciblées


Si la filière vins est peu impliquée dans le binge-drinking elle ne reste pas indifférente à cette problématique. Face aux comportements à risque, à l’alcoolisation précoce ou excessive, la filière est convaincue de la nécessité de mener des politiques ciblées. Le binge-drinking, ce phénomène d’alcoolisation massive en une durée très courte, qui est apparu chez les jeunes, se développe partout en France, tandis que les consommations à risque augmentent (Source Baromètre Santé 2010). Il faut les repérer au moment où elles se déclarent (fêtes, soirées) et renforcer la prévention. La filière soutient donc toute initiative visant à préparer la fête en amont, pour permettre à chacun de profiter de ces instants privilégiés et amicaux, sans se mettre en danger.

Cependant, la sensibilisation aux dangers de l’alcool doit aussi se faire au plus tôt, dès le collège. A cet égard, la filière a lancé dès 2009 la campagne de prévention sur les risques de l’alcool « A toi de choisir » destinée aux élèves de 13 à 16 ans, et à leurs parents ainsi qu’aux infirmières scolaires et aux enseignants. Cette campagne met l’accent sur l’éducation, la responsabilisation et s’inscrit dans une démarche citoyenne d’intérêt général. Elle permet aux jeunes, qui seront dans leur vie d’adolescents confrontés à une proposition d’alcool, d’être informés sur les risques d’une consommation précoce et excessive. Preuve du succès de ce programme, plus de 2 000 collèges ont déjà commandé et utilisé régulièrement les supports pédagogiques mis à leur disposition.