Magazine

Santé
Publié le 29.03.2011
par Vin & Société
Taille du texte A A A
En haut

Vin et équilibre : une affaire de goût

Mots-clés art de vivre équilibre modération plaisir

Comment le vin participe-t-il à une vie et une alimentation équilibrées (et notamment au régime méditerranéen) ? Rodolphe Wartel (directeur de la rédaction du magazine Terre de Vins), Dominique Fauvette-Galabert (pharmacienne et œnologue), Jean-Pierre Corbeau (sociologue) et Mariette Gerber (nutritionniste) n’ont pas eu besoin de mettre d’eau dans leur vin pour s’entendre. Leur conviction partagée : pour préserver sa santé, rien de mieux que d’apprendre à découvrir, goûter et apprécier le vin en famille ou entre amis…


Connais-toi toi même

Notre débat débute par un constat : en matière d’équilibre, même si il y a des repères élémentaires (et indispensables si l’on doit conduire), il n’existe pas de règle absolue… et il appartient à chacun de définir les siennes. Mariette Gerber : « il n’y pas réellement de consensus sur la modération ». Si, comme le rappelle l’OMS dans son préambule de 1946, « la santé est un état de bien être total : physique, social et mental », l’équilibre provient donc pour chacun d’une conjonction de facteurs. Pour la cancérologue, « il faut surtout apprendre à se connaître : son équilibre alimentaire, ses habitudes et ses facteurs de risques. Il est nécessaire de comprendre la différence entre une recommandation de santé publique et ce que chacun peut faire avec son hérédité et ses facteurs génétiques. C’est pourquoi les cancérologues sont donc avant tout des médecins d’individus. »

Régime méditerranéen

Véritable garde-fou et meilleur atout de la modération, le repas et la convivialité qui s’y attache doivent être indissociables de la « pratique » et de la culture du vin. Mariette Gerber poursuit : « lorsque l’on parle de régime sain, ou équilibré, on évoque souvent le régime asiatique, très à la mode. C’est vrai, il est très bon pour la santé, mais sans convivialité. » En revanche, le modèle de l’alimentation méditerranéenne permet d’assortir le vin aux plats et propose des aliments simples et peu transformés, des légumes et des céréales (autant d’atouts de l’équilibre alimentaire). Issus des fruits et associés à ce régime sain, les vins présentent des micronutriments bénéfiques pour la santé…et donc une conjonction entre les bienfaits et le goût.

S'ancrer dans le présent

Nos experts s’accordent : ce qu’il y a de meilleur, c’est de goûter, de déguster, c’est comme cela que vient la modération. Au-delà, la découverte du vin comble aussi une quête de la connaissance de soi, à laquelle elle fait écho. Dominique Fauvette affirme par ailleurs qu’ « il y a dans la dégustation un véritable échange qui entraine une modération de facto. La dégustation comble les cinq sens. » Et Jean-Pierre Corbeau de renchérir: « la notion de plaisir est très importante. L’histoire du produit rencontre celle du consommateur et on rentre dans une relation de partage. On développe une émotion. Le vin me renvoie à mon histoire, me permet aussi de construire mon histoire ». Mais la modération naît aussi de l’expérience partagée… Il poursuit : « verbaliser et partager favorise la régulation collective. Avec le vin, je revendique mon appartenance à un groupe. Cela permet d’être conscient de sa consommation, sans culpabiliser. Aujourd’hui, les jeunes ont tendance à perdre le lien entre l’alcool et la nourriture, il faut réapprendre à structurer. » Et Dominique Fauvette de conclure : « la famille est à ce titre très importante, elle permet de donner l’exemple à une génération Y un peu trop dans l’immédiateté… et de lui donner les moyens de s’ancrer dans l’instant présent, toujours grâce à ses sens. Les parents doivent faire « découvrir la découverte » du vin. Mais il est aussi possible de s’adresser aux cavistes… comme aux producteurs ! »