Grégoire Kalt - aubergines

Le 11 avril dernier, l’OIV, l'Organisation Internationale de la Vigne et du Vin, a présenté sa note de conjoncture annuelle. Taille du vignoble mondial, production, consommation, exportations/importations... la note dessine les contours du marché viticole mondial en 2016. Une année marquée par des conditions climatiques difficiles dans de nombreux pays viticoles, impactant la production, mais aussi une consommation qui repart à la hausse en Chine et une baisse de la consommation en Europe qui enregistre une pause. 

Superficies

La superficie viticole mondiale en 2016 serait équivalente à celle de 2015 (+ 1000 ha) et atteindrait 7,5 millions d’hectares en 2016. 

50% du vignoble mondial est toujours représenté par les cinq pays suivants :

  1. Espagne : 975 mha soit 13% du vignoble mondial
  2. Chine : 847 mha (11%)
  3. France : 785 mha (11%)
  4. Italie : 690 mha (9%)
  5. Turquie : 480 mha (6%)

 

A retenir :

  • Ces pays ainsi que le classement sont les mêmes que les années précédentes. 
  • En Europe, la France et l’Espagne ainsi que la Roumanie et l’Allemagne se stabilisent. Le vignoble italien retrouve en 2016 une taille équivalente à celle qu’il avait en 2014 tandis que les vignobles portugais et grecs continuent de diminuer. 
  • En dehors de l’Europe, la Chine voit sa superficie viticole totale continuer de progresser (+ 17 mha entre 2015 et 2016), constituant toujours le principal pôle de croissance du vignoble mondial. A l’inverse, le vignoble en Turquie continue de diminuer (- 17 mha) entre 2015 et 2016 tandis que le continent américain et l’Océanie n’enregistrent pas de variations significatives de la taille de leur vignoble. 

Production

La production mondiale de vin diminue en 2016, passant de 274,4 millions d’hectolitres en 2015 à 267 miohl en 2016, soit un recul de 3%.

Les cinq premiers pays producteurs restent les mêmes :

  1. Italie : 50,9 miohl
  2. France : 43,5 miohl
  3. Espagne : 39,3 miohl
  4. Etats-Unis: 23,9 miohl
  5. Australie : 13 miohl

 

A retenir :

  • Au global, l’année 2016 a été marquée par des conditions climatiques difficiles qui ont impacté la production de différents pays. 
  • La production européenne enregistre un recul de 2,5% par rapport à 2015 et s’élève à 162 miohl. D’un côté, l’Italie et l’Espagne enregistrent des niveaux de production supérieurs à la moyenne. Dans le même temps, la France, le Portugal et la Hongrie enregistrent des reculs importants (respectivement - 7% , - 15% et - 38%).  
  • En dehors de l’Europe, la situation est également contrastée. Si les Etats-Unis enregistrent une production de vin très importante en 2016 (23,9 miohl), les productions viticoles en Amérique du Sud ont toutes reculé sous l’influence d’El Niño. L’Afrique du Sud voit également sa production reculer en 2016 (- 6%) à cause de la sécheresse tandis que l’Australie et la Nouvelle-Zélande la voient augmenter (respectivement + 9,4% et + 34% !). 

Consommation

La consommation mondiale de vin est estimée à 242 millions d’hl en 2016, soit une légère hausse par rapport à 2015 (+ 0,9 millions d’hl).

Les cinq premiers pays consommateurs de vin restent les mêmes que les années précédentes :

  1. Etats-Unis : 13%
  2. France : 11%
  3. Italie : 9%
  4. Allemagne : 8%
  5. Chine : 7%

 

A retenir : 

  • Depuis la crise de 2008, la consommation de vin s’est stabilisée à environ 242 miohl.
  • Les cinq premiers pays consommateurs consomment près de la moitié du vin du monde (48%).
  • Les Etats-Unis continuent à augmenter leur consommation (31,8 miohl) en 2016, confirmant ainsi leur place de 1er consommateur mondial de vin depuis 2011. 
  • En Europe, la baisse de la consommation de vin enregistre une pause. Elle est quasiment stable en France (27 miohl), en Allemagne (20,2 miohl), en Espagne (9,9 miohl) et au Portugal (4,8 miohl). L’Italie de son côté voit sa consommation augmenter sensiblement pour la deuxième année consécutive (+ 5%), atteignant 22,5 millions d’hl. Il en va de même pour le Royaume-Uni qui atteint les 13 millions d’hl en 2016.
  • Dans le reste du monde, la Chine voit sa consommation de vin repartir à la hausse en 2016, dépassant les 17 millions d’hl et revenant ainsi à son niveau de 2012. La consommation en Océanie repart également à la hausse après un léger recul en 2015 (6,3 miohl) tandis que la consommation en Afrique du Sud poursuit son augmentation (+ 3%). Enfin, la situation est contrastée en Amérique du Sud : d’un côté, la consommation est en recul en Argentine et au Brésil (respectivement - 8% et - 12%) ; de l’autre, le Chili enregistre une progression de 5% de sa consommation, après un fort recul entre 2014 et 2015.

 

Echanges internationaux

Les échanges mondiaux de vin connaissent une légère diminution en volume en 2016 (- 1,2%), s’élevant à 104 millions d’hl, mais sont mieux valorisés, atteignant 28,9 milliards d’euros (+ 2% par rapport à 2015). 

 

Exportations

 

En volume :

  1. Espagne : 22,9 miohl
  2. Italie : 20,6 miohl 
  3. France : 14,1 miohl
  4. Chili : 9,1 miohl
  5. Australie : 7,5 miohl

En valeur :

  1. France : 8232 millions d’€
  2. Italie : 5582 millions d’€
  3. Espagne : 2649 millions d’€
  4. Chili : 1668 millions d’€
  5. Australie : 1543 millions d’€

Par type de produit : 

  1. Vin en bouteille : 54% en volume / 72% en valeur
  2. Vin en vrac et en container de plus de 2 litres : 38% en volume / 10% en valeur
  3. Vin effervescent : 8% en volume / 18% en valeur

 

A retenir :

  • Les échanges mondiaux de vin sont toujours largement dominés par le trio Espagne/Italie/France qui représente à lui seul 55% du marché mondial en volume (57,5 millions d’hl) et 56,9% des exportations en valeur (16,5 milliards d’€). 
  • En volume, l’Espagne demeure le premier exportateur avec 22,9 millions d’hl, soit 22% du marché mondial. En valeur, ce sont la France et l’Italie qui dominent le marché avec respectivement une part de 28,5% et 19%.
  • Sur le moyen terme, ces évolutions témoignent d’une relative stabilisation du marché mondial en volume depuis 2011 tandis que la progression du marché mondial en valeur se poursuit.
  • Par type de produit, on observe : une stabilisation des vins en bouteille en volume depuis quatre ans accompagnée d’une progression continue en valeur unitaire ; une légère diminution des vins en vrac en volume en 2016, après plusieurs années d’augmentation, mais une progression de leur valeur unitaire ; une progression continue pour les vins effervescents, tant en volume qu’en valeur. 

 

Importations :

 

En volume :

  1. Allemagne : 14,5 miohl
  2. Royaume-Uni : 13,5 miohl
  3. Etats-Unis : 11,2 miohl
  4. France : 7,9 miohl
  5. Chine : 6,4 miohl

En valeur :

  1. Etats-Unis : 5016 millions d’€
  2. Royaume-Uni : 3498 millions d’€
  3. Allemagne : 2450 millions d’€
  4. Chine : 2143 millions d’€
  5. Canada : 1604 millions d’€


 
A retenir :

  • Les importations de vin en volume en 2016 ont légèrement augmenté, tirées vers le haut par les 10 premiers pays importateurs qui représentent 69% des importations mondiales.
  • Les cinq premiers pays importateurs représentent plus de 50% des importations mondiales en valeur. L’Allemagne et les Etats-Unis occupent toujours la première place des importations, respectivement en volume et en valeur.
  • La Chine enregistre une nouvelle progression significative de ses importations en volume (+ 45% en 2015). 

Pour en savoir plus

Retrouvez ci-dessous les liens vers :

 

A Lire dans notre magazine

Grégoire Kalt - journal

Nouveau rapport de l'OIV: les chiffres du marché vinicole mondial

Dans le cadre de sa mission d’information et d’orientation de ses 46 pays membres, l’OIV, l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin, a publié le 15 avril 2015 une note de conjoncture sur le marché viticole mondial. Exportations, production, consommation… L’étude confirme les nouveaux…
Grégoire Kalt - chaussures

[OIV] Conjoncture viticole mondiale : évolutions et tendances 2015

L’OIV, l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin, a publié le 18 avril 2016 sa note de conjoncture annuelle. Les évolutions et tendances de la production, de la consommation et des échanges internationaux de vin y sont passées au crible.
Mots-clés

Google+ Linkedin Partager par Email