Concours Graines d’agriculteurs

Les candidatures à l’édition 2018 du concours Graines d’Agriculteurs sont ouvertes jusqu’au 30 avril ! Créé en 2011, ce concours récompense des projets innovants d’agriculteurs nouvellement installés et vise à encourager l’entrepreneuriat agricole, la vision à long terme, la démarche durable, l’inventivité et l’innovation.

Pour s’inscrire, deux critères à remplir : être agriculteur/agricultrice installé(e) sur une exploitation entre le 1er janvier 2011 et le 31 décembre 2016 et développer des démarches favorables à la création du lien social, à la création de valeur économique et à la préservation de l’environnement. A la clef : un chèque de 3000 € ! 

https://www.mon-viti.com/articles/vie-de-filiere/graines-dagriculteurs-viticulteurs-nouvellement-installes-recherches

Pour en savoir plus sur le Concours Graines d'Agriculteurs

Présentation

Découvrir les finalistes des éditions précedentes

Les actu des #GrainesAgri sur Facebook et Twitter

Les femmes du vin au fil des sarments

La blogueuse et œnologue la WINEista poursuit sa série d’interviews sur les femmes du vin. Cette fois, c’est Latifa Barthe Saikouk, vigneronne au domaine Saïkouk / Le Mont du Puit, une femme du vin au fil des sarments, qu’elle met en lumière.

Extraits :

« Mon moment préféré c’est la récolte. On voit alors si on a bien travaillé tout le reste de l’année. C’est toujours un moment magique ! Entendre les premiers raisins tomber dans la cuve, voir les premiers jus s’écouler, faire le premier remontage. Rien que d’en parler j’en ai la chair de poule ! J’adore, c’est génial ! C’est l’arrivée des premières senteurs, des premiers bruits de fermentation, les cuves se mettent à parler ! »

« Toutes les femmes du vin sont admirables. Elles sont fortes ! Elles méritent qu’on les reconnaisse. »

http://www.la-wine-ista.com/2018/04/les-femmes-du-vin-au-fil-des-sarments/

Cuisine, goût et nez

Sur Munchies, la chaîne du magazine Vice dédiée à la food, Anne-Sophie Pic, la chef 3 étoiles, nous explique pourquoi en cuisine le nez est au moins aussi important que le palais.

Extraits :

« Pour moi, le premier goût est une odeur et je pense qu’on a naturellement une propension à sentir. »

« C’est l’olfactif qui permet d’appréhender une saveur. »

« Peut-on éduquer son nez comme on le ferait avec un palais ? Bien sûr [...] C’est un entraînement qui demande beaucoup de concentration, un peu comme avec le vin en fait. C’est aussi quelque chose d’assez intuitif. »

« J'ai l'impression qu'en cuisine, l'olfactif peine à acquérir ses lettres de noblesse alors que, dans le domaine du vin, on en revient tout le temps au nez. »

« Je pense que l’odorat a aussi joué un rôle dans ma formation. Quand j’ai commencé, c’était la seule chose à laquelle je pouvais me fier avec mon palais - deux seuls témoins de ma création culinaire. Je les ai probablement plus cultivés que le reste. Quand j’étais en stage, je me souviens avoir assisté à un assemblage de différents vins de Champagne ; Pinot, Pinot Noir, Pinot Meunier, Chardonnay, où l’olfactif intervenait déjà.»

https://munchies.vice.com/fr/article/evmw4w/anne-sophie-pic-le-premier-gout-est-une-odeur

Mots-clés

Google+ Linkedin Partager par Email