Portrait Jacques-Olivier Pesme

Vin & Société et KEDGE Business School ont signé en 2016 un partenariat pour la valorisation et la diffusion d’une « culture vin » raisonnable et responsable. En cette rentrée 2017, ce sont 200 étudiants de la KEDGE Wine & Spirits Academy qui ont été formés à l’aide de l’application développée et mise à disposition par Vin & Société. Entretien avec Jacques-Olivier Pesme, directeur de la KEDGE Wine & Spirits Academy.

Jacques-Olivier Pesme, pouvez-vous nous expliquer ce qu’est KEDGE Wine & Spirits Academy ?

KEDGE Wine & Spirits Academy est le centre d’expertise de KEDGE Business School dans le secteur des vins et des spiritueux. A l’origine, KEDGE a lancé un Wine MBA en 2000 puis un Mastère spécialisé Vins et Spiritueux (MVS) en 2008. C’est en 2015 que nous avons décidé de lancer la Wine & Spirits Academy. Nous formons 200 étudiants chaque année environ. Leur diplôme est délivré en partenariat avec l’Institut des Sciences de la Vigne et du Vin (ISVV), ce qui leur permet d’avoir un socle de connaissances en matière de viticulture, d’œnologie et d’analyse sensorielle. Le cursus est également construit sur une double approche pédagogique : les étudiants ont une partie cours et une partie terrain dédiée à des exercices d’application réels.

Quel est son rôle auprès de la filière vin ?

Le rôle de KEDGE Wine & Spirits Academy est d’accompagner  le développement économique de la filière en France et à l’étranger mais aussi de produire et diffuser de la connaissance auprès des futurs managers de la filière vitivinicole française. Nous agissons auprès et au cœur de la filière en accompagnant, conseillant, formant les vignerons, les acteurs, les régions viticoles, les ODG (organismes de défense et de gestion), les marques.

Dans le Jurançon, nous organisons par exemple une grande foire aux vins en altitude à Gourette chaque année au mois de mars avec dégustations gratuites, ventes et débat public. L’opération connecte les vignerons, nos étudiants et nos territoires dans un dialogue et une construction où chacun apprend de l’autre. Nous agissons également sur du conseil et de la formation auprès de la filière Rosé en Provence et Armagnac dans le Sud-Ouest. A l’étranger, nous organisons également chaque année depuis 2014 le Wine Leaders Forum en partenariat avec l’Université de la Colombie-Britannique au Canada. Ce séminaire intensif de réflexion stratégique sur plusieurs jours débouche sur du concret, avec des plans d’actions. Nous mettons également en place des actions au service de la valorisation des territoires, en impliquant nos élèves dans des projets sur le terrain. Nous avons également monté un partenariat ambitieux avec l'Université d'Adelaïde en Australie. Enfin, à Vinexpo Hong-Kong nous lancerons notre premier programme de formation conjoint à destination des professionnels.

La KEDGE Wine & Spirits Academy a aussi un rôle de passeur auprès du grand public. Nous valorisons et diffusons la connaissance du monde du vin, à travers les réseaux des diplômés, des chroniques à la radio (In Vino Radio), des afterworks dans la ville de Bordeaux, des débats ou des rendez-vous avec la filière.

Enfin, et surtout, nous organisons tous les deux mois C dans le vin en partenariat avec la Cité du Vin et la Revue du Vin de France. C'est un cycle de débats ouvert à tous. Le débat  traite d’un thème d’actualité du monde du vin en présence d’experts qui livrent leurs analyses et des clés pour comprendre un sujet. Le prochain en date se tient le 13 février, en plein Jeux Olympiques d'hiver, et il a pour thème « Le vin : une nouvelle passion sportive ? ». 

Quelle est votre vision de l’éducation au vin ?

Selon moi, les pays producteurs de vin ont une responsabilité à l’égard des générations futures, celle de transmettre un savoir lié à leur production. Beaucoup de formations se développent dans ce sens en France. C’est beaucoup moins le cas ailleurs, c’est une force pour nous. Il est important pour les étudiants de comprendre ce qui a fait la richesse d’un territoire économique, comprendre le produit d’un point de vue gustatif, de penser innovation... pour mieux construire demain.

En quoi est-ce un enjeu pour vous de former vos étudiants à la consommation responsable ?

La consommation responsable, avec la défense du poids économique de la filière, fait partie de notre vision éducative à KEDGE. L’enseignement supérieur dans son ensemble est souvent pointé du doigt pour les pratiques festives exagérées de ses étudiants. Il est de notre responsabilité et de notre devoir de transmettre les bonnes pratiques dans ce domaine. C’est pourquoi il est très important pour nous de s’associer à Vin & Société pour valoriser et diffuser une culture vin raisonnable et responsable. Vin & Société est l’acteur incontournable en la matière et son discours est argumenté et ludique à la fois. Les messages que nous postons sur nos réseaux sociaux et notre communauté s’en font régulièrement l’écho.

Pour cette première année, la formation à la consommation responsable a touché 200 étudiants primo-entrants. Comment s’est-elle déroulée et a été accueillie ? Quels enseignements en tirez-vous et quel est votre bilan de cette année 1 ?

La formation s’est effectuée la semaine de rentrée, la toute première semaine dite « d’intégration ». L’idée était de marquer les esprits de nos jeunes étudiants en Mastère et de les informer dès le début de leur année avec nous sur les valeurs de partage, de convivialité et de modération du vin. Elle a été délivrée par Laura Daillé, chargée de communication interne et sociétale pour Vin & Société, qui a livré une performance de qualité devant un public attentif. Nous reconduirons le séminaire à la rentrée prochaine, et les suivantes ! Nous associerons également Vin & Société à d’autres de nos conférences, débats et évènements afin que cette parole y ait toute la place qui lui revient.

Mots-clés

Google+ Linkedin Partager par Email