Grégoire Kalt - fragile

En matière d'information et de vente en ligne, Internet et les réseaux sociaux prennent de plus en plus d'ampleur dans le secteur du vin. La raison est simple : les Français sont avides d'informations sur le sujet. Avant d'acheter, ils souhaitent découvrir les produits et leurs caractéristiques. Ils aiment aussi comparer les prix avant de se lancer. 82% des Français estiment ainsi qu'il est important de se renseigner avant l'achat de vin, d'après le baromètre SOWINE/SSI. Seulement 4% des Français se considèrent en effet comme experts, le reste se divisant entre amateurs (42%) et néophytes (54%). Le web leur offre des outils parfaitement adaptés à leurs attentes, avec des conseils, des avis de consommateurs, et des comparaisons de prix.

Un marché en pleine expansion

Un marché en pleine expansion
Internet est aujourd'hui la troisième source d'information consultée avant l'achat de vin, après les cavistes et l'entourage. 22% des Français utilisent des sites comparateurs de prix pour préparer leurs achats, soit presque deux fois plus qu'en 2013. Les ventes sur internet se multiplient. A l'heure actuelle, 9% des Français achètent en priorité le vin sur le web. Ce pourcentage monte à 24% en prenant en compte toutes les sources d'approvisionnement. Le vin est la première catégorie de produit alimentaire vendue en ligne.
(source : baromètre SOWINE/SSI)
En 2013, le marché de la vente de vin en ligne a progressé de 32% pour atteindre 705 millions d'euros, soit 8% des ventes totales de vin. D'après les prévisions de Xerfi (étude "Le e-commerce de vin" parue en mai 2014),  les ventes pourraient dépasser le milliard d'euros en 2015 et atteindre 1,4 milliard d'euros en 2016, soit 14,3% des ventes totales.Un marché en pleine expansion

Internet est aujourd'hui la troisième source d'information consultée avant l'achat de vin, après les cavistes et l'entourage. 22% des Français utilisent des sites comparateurs de prix pour préparer leurs achats, soit presque deux fois plus qu'en 2013. Les ventes sur internet se multiplient. A l'heure actuelle, 9% des Français achètent en priorité le vin sur le web. Ce pourcentage monte à 24% en prenant en compte toutes les sources d'approvisionnement. Le vin est la première catégorie de produit alimentaire vendue en ligne (source : baromètre SOWINE/SSI).

En 2013, le marché de la vente de vin en ligne* a progressé de 32% pour atteindre 705 millions d'euros, soit 8% des ventes totales de vin. D'après les prévisions de Xerfi, institut d'études économiques sectorielles (étude "Le e-commerce de vin" parue en mai 2014), les ventes en ligne pourraient dépasser le milliard d'euros en 2015 et atteindre 1,4 milliard d'euros en 2016, soit 14,3% des ventes totales.

La montée en puissance des blogs et réseaux spécialisés

Blogs** et réseaux sociaux font fureur : 110 000 forums traitant du vin répertoriés, 700 000 vidéos liées au vin visionnées chaque mois, 7 000 tweets publiés chaque jour, 12 000 à 30 000 visiteurs comptabilisés chaque mois sur les blogs spécialisés (Les réseaux sociaux et le vin, Patrice Malka et Vincent Pétré, 2014, étude Lift9)… Le vin est un des thèmes les plus suivis par les internautes : 9% des Français fréquentent aujourd’hui les réseaux sociaux dédiés au vin et le vin est un thème suivi par 37% des Français sur les blogs et 23% sur les réseaux sociaux, comme l'indique le baromètre SOWINE/SSI

Principaux atouts de ces blogs : un accès facilité au vin pour tout le monde. Alors qu'avant les informations étaient réservées aux initiés, par l'intermédiaire de critiques et guides spécialisés, elles sont maintenant à portée de clics !

De la place pour les vignerons

350 sites marchands strictement dédiés au vin* sont aujourd'hui présents sur le web. Les producteurs, eux aussi, se servent d'Internet pour faire la promotion de leurs produits ou pour utiliser la vente en ligne . Et ils ont de véritables atouts pour se faire une place sur le web : qui mieux qu'un vigneron peut parler de son vin, sa propriété, et ses techniques de fabrication ? Dans un marché où le nombre d'intermédiaires est important, Internet permet aux vignerons d'atteindre directement le consommateur, sous réserve de proposer un contenu d'informations dense et varié.

En ligne, les consommateurs achètent plus de bouteilles, à des prix plus élevés

Autre atout de la vente en ligne : sur Internet les consommateurs ont tendance à acheter des bouteilles en plus grand nombre et avec un budget alloué plus élevé ! Ainsi, 20% des consommateurs en ligne achètent entre six à douze bouteilles, contre 9% en magasin, indique le baromètre SOWINE/SSI. Ils sont 14% à acheter en ligne plus de douze bouteilles, contre 4% seulement en magasin. Même chose pour le prix : 61% des achats en ligne ciblent des bouteilles de plus de dix euros, contre 40% en magasin.

Les sites web les plus plébiscités sont ceux des producteurs (55%), preuve que leur potentiel est important. Viennent ensuite les cavistes et marchands (38%), les ventes privées (37%), la grande distribution (25%), et les ventes aux enchères (16%).

Seul bémol à ce tableau : la loi Evin ne propose pas de définition claire de la publicité, ce qui favorise un important flou juridique et des interprétations très restrictives. La loi de Santé publique qui sera discutée ces prochains mois pourrait aboutir à une mesure visant à interdire la communication sur Internet pour le vin. 

* Les principaux profils d’acteurs du e-commerce de vin :

  • Les cavistes en ligne
  • Les ventes privées
  • Les box par abonnement
  • Les ventes aux enchères
  • Les ventes directes des producteurs

**Des blogs qui montent : Rdv sur notre blogosphère

Mots-clés

Google+ Linkedin Partager par Email