Jacques-Antoine Granjon

vente-privee s’est lancé dans la vente de vin via le web, pourquoi ? 

Nous avons initié cette activité il y a près de 10 ans. Chaque jour vente-privee reçoit plus de 4,5 millions de visiteurs uniques dont 80% sur mobile. Ce trafic important dans notre boutique virtuelle nous permet d’élargir notre offre à de nombreux secteurs. Le vin fait partie de cette diversification. Nous sommes devenus en quelques années le premier vendeur de vin en ligne, avec un chiffre d’affaires en croissance permanente : 50 millions d’euros en 2015 et une prévision de 55 à 60 millions en 2016. Pas sans raison. Le vin correspond parfaitement à vente-privee. C’est un achat fondé sur le plaisir. Sur vente-privee, nos acheteurs et nos dégustateurs professionnels collaborent avec les professionnels de ce secteur pour créer une offre séduisante, nos membres ont la possibilité de faire de réelles découvertes, et pas seulement de bonnes affaires. 

Nous nous adressons à des maisons qui font de très bons produits que nous mettons en scène sur le site. L’origine est certifiée et les membres ont accès à l’histoire de chaque producteur. C’est aussi ça la force du digital : offrir un service différent en donnant accès à de multiples informations concernant le vigneron, le terroir, l’appellation, et rendre accessible des vins peu ou mal connus du grand public. Des vins auxquels les acheteurs potentiels n’auraient peut-être pas eu accès sans vente-privee, et qui pour 53% d’entre eux, se rendent ensuite dans le mois qui suit dans le réseau de distribution traditionnel du producteur.

 

Votre conviction personnelle : le vin français a-t-il de l’avenir ? 

Le vin français, plus que tout autre produit, fait partie de notre histoire, de notre culture. Le vin, c’est la diversité des cépages et des terroirs, c’est l’amour de la terre et du soleil, la passion, la création, la culture de la convivialité. Nos vins font et feront toujours rayonner la France sur les tables du monde entier, c’est un de nos plus grands talents en France ! J’ai été moi-même éduqué à la gastronomie avec le Gault&Millau et le guide Michelin par des parents amoureux des chefs et de leurs tables. Enfant, j’ai trempé mes lèvres dans des nectars et j’ai fait de même avec mes propres enfants pour leur transmettre à mon tour cette émotion à partager. 

Aujourd’hui sur vente-privee, près de 20% des acheteurs de vins ont moins de 30 ans, et près de 40%, moins de 35 ans.  Les jeunes aiment le vin car il représente d’abord le plaisir et le partage. A l’ère du tout numérique, l’enjeu pour les marques est de réinventer le désir sur le vin pour le rendre accessible à ces nouvelles générations, qui sont à la recherche de découvertes en permanence. Le rendre accessible à ces nouveaux consommateurs libres, qui s’informent, comparent, critiquent, font résonner ce qu’ils pensent sur leurs réseaux sociaux. C’est ce que nous essayons de faire chez vente-privee en leur offrant une nouvelle expérience de shopping.  

 

Que savez-vous chez vente-privee des relations jeunes (de 18 à 30 ans) / vin ? Sont-ils différents de leurs aînés ? (connaissance / intérêt / consommation)

Sur vente-privee, les jeunes font confiance aux références de vins dites « classiques » : 35% des commandes de vins des moins de 30 ans sont des bordeaux (vs. 27% pour les plus de 30 ans), 15% d’entre elles sont des Beaujolais et des vins de Bourgogne et 15% des vins de la vallée du Rhône. On observe aussi que l’intérêt des jeunes pour le vin se renforce d’année en année sur notre site, avec une augmentation de 59% d’acheteurs de vins de moins de 30 ans entre 2014 et 2015. Et 28% d’entre eux ayant acheté du vin en 2015 en ont acheté de nouveau en 2016. 

De manière générale, notre « clientèle » vin sur vente-privee est plus masculine (54% des acheteurs) et plus âgée (42 ans contre 38 ans) et dotée d’un pouvoir d’achat légèrement supérieur à la moyenne de nos membres. Les femmes représentent 46% de nos acheteurs de vins, tandis que, tous sites confondus, elles ne sont que 35% à commander en ligne. 

 

Comment les abordez-vous : conquête et fidélisation ? 

Chez vente-privee, la créativité est essentielle et au cœur de notre stratégie : se remettre en question afin d’imaginer ce que sera demain, anticiper quels seront les comportements de nos membres, et notamment des jeunes, comment ils vivront et quels seront les nouveaux besoins et modes de consommation, pour toujours proposer le meilleur service et l’offre la plus adaptée. C’est l’une des clés pour poursuivre notre croissance et construire une relation de confiance avec les membres.

Pour le vin, cela se traduit par exemple par notre choix, au lancement de l’application mobile vente-privee, d’y développer toutes nos ventes de vins et spiritueux, car le mobile se prête particulièrement bien aux achats d’impulsion, aux achats plaisir. Et aujourd’hui, la part du mobile sur le secteur du vin représente plus de 70% des visiteurs et une vente sur deux de vin ! 

Sur ce secteur nous cherchons également à sortir des codes des appellations auxquels les jeunes, par exemple, sont moins sensibles. Notre but est de susciter le désir en s’adressant au plus grand nombre, d’insuffler un message parfois différent de ceux de la marque et de s'adresser à ces nouveaux consommateurs. Nous avons notamment développé des offres thématiques depuis le 1er janvier 2015, qui connaissent un réel succès auprès des jeunes, comme notre rendez-vous « des vins d’été ». Avec Internet, chaque client, même le plus amateur, peut devenir expert. Il est guidé dans ses choix : au-delà de la mise en scène soignée des produits, vente-privee propose des conseils de dégustation, des suggestions d’accords mets et vins, des notes de dégustation. 

Enfin, outre le renouvellement essentiel de l’offre pour créer l’événement au quotidien, qui constitue la base de notre modèle, nous investissons dans la personnalisation. La révolution digitale a placé le client au centre, l’a rendu libre. Nous souhaitons donc aller plus loin dans la personnalisation et l’optimisation de l’expérience shopping, en adressant à nos membres des ventes plus ciblées, en les surprenant avec des marques auxquelles ils n’auraient pas pensé, en leur proposant des services inédits, dans la continuité de notre modèle basé sur le désir et l’achat d’impulsion. Vous l’aurez compris, sur le domaine du vin, nous ne sommes qu’au début ! Des projets naissent tous les jours, nous sommes encore loin de la maturité.

Mots-clés

Google+ Linkedin Partager par Email