Grégoire Kalt - journal

France AgriMer vient de rendre publique son étude quinquennale sur la consommation de vin en France en 2015. Réalisée depuis 1980, cette enquête permet d’évaluer les habitudes de consommation des Français en matière de vin. Le constat de cette huitième enquête : le vin est passé d’une composante des repas à une boisson culturelle. Explications.

Le point sur la consommation de vin aujourd’hui

Si la consommation de vin en France continue de baisser (et ce depuis plusieurs décennies)*, on constate un recul des non consommateurs de vin pour la première fois depuis 1995. Ils sont ainsi descendus à 33% en 2015 contre 38% en 2010. Autre constat : la consommation occasionnelle (1 à 2 fois par semaine ou plus rarement) prend le pas sur la consommation régulière (tous les jours ou presque tous les jours). On dénombre 51% de consommateurs occasionnels en 2015 contre 45% en 2010. Quant aux consommateurs réguliers, en baisse depuis 1980, leur part s’est stabilisée à 16% en 2015 (17% en 2010).

*Pour rappel, la consommation par habitant en France est de 42 L/an (contre 100L/an en 1960).

Le vin, une boisson culturelle

Au-delà des chiffres, l’étude de France AgriMer s’est penchée sur l’attachement des Français au vin. Ces derniers sont aujourd’hui un peu plus de 60% à déclarer aimer son goût, un chiffre en légère hausse. On dénombre également une hausse des Français déclarant être intéressés par le vin (un peu plus de 40%). Le vin se transforme donc aujourd’hui en produit culturel, comme le démontre une étude internationale menée par l’Ifop pour les « Sofitel Wine Days » parue en août : 43% des Français y associent le vin à la notion de patrimoine. 

Vers une diversification des occasions de consommation

Cet attachement des Français au vin, « boisson-totem » selon Roland Barthes, et le passage d’une consommation régulière à une consommation occasionnelle s’accompagne d’évolutions dans la manière d’acheter et de consommer le vin. On constate par exemple une nette hausse des ventes de bag-in-box entre 2000 et 2014, qui rattrapent les ventes de bouteilles, ainsi que le développement de la consommation de vin au verre.

Mots-clés

Google+ Linkedin Partager par Email