vin et société

Faire parler un terroir avec la géolocalisation

 

Faire parler un territoire avec la géolocalisation 
Patrimoine culturel français, le vin est le fruit d’un territoire, d’une géographie. A Bordeaux, en Bourgogne, le long de la Loire… Avec les applications utilisant la géolocalisation sur smartphone – applications appelées iBeacons -, une balade dans ces régions vinicoles peut être l’occasion d’étancher bien des soifs de vin… et de culture. Comme l’explique un producteur de contenus, « il faudrait d’abord télécharger une application sur son smartphone. En passant ensuite devant une balise implantée sur une zone vinicole, le promeneur serait automatiquement averti par une notification push. Et s’il le souhaite, il pourrait obtenir des informations sur le vignoble qu’il est en train de traverser : biographie du vigneron, assemblage du vin... » Tout cela au conditionnel car une telle application n’existe pour l’instant que dans l’imagination de notre intervenant et dans d’autres secteurs d’activité comme la banque (Barclays) ou La Poste. Mais dans le domaine du vin, cela reste à mettre en œuvre. Avis aux créateurs d’applications ?   Faire parler un territoire avec la géolocalisation 

Patrimoine culturel français, le vin est le fruit d’un territoire, d’une géographie. A Bordeaux, en Bourgogne, le long de la Loire… Avec les applications utilisant la géolocalisation sur smartphone – applications appelées iBeacons -, une balade dans ces régions vinicoles peut être l’occasion d’étancher bien des soifs de vin… et de culture. Comme l’explique un producteur de contenus, « il faudrait d’abord télécharger une application sur son smartphone. En passant ensuite devant une balise implantée sur une zone vinicole, le promeneur serait automatiquement averti par une notification push. Et s’il le souhaite, il pourrait obtenir des informations sur le vignoble qu’il est en train de traverser : biographie du vigneron, assemblage du vin... » Tout cela au conditionnel car une telle application n'a pas encore vu le jour dans le domaine du vin. Avis aux créateurs d’applications?   

 

Rendre accessible la culture du vin en diffusant du contenu

 

En textes, en vidéos ou en images : les applications diffusant des informations culturelles sur le vin se multiplient, certaines connaissant même un véritable boom. C’est le cas des applications de reconnaissance d’étiquette comme tagawine. Via des QR codes que l’on scanne avec un smartphone, elles permettent d’authentifier un vin, de le noter ou d’en savoir plus sur l’histoire du produit, son territoire, ses caractéristiques aromatiques. Que le consommateur soit dans un bar, dans un supermarché, dans un restaurant… l’information vient simplement et rapidement à lui via la bouteille.

Seul bémol : ces applications de reconnaissance d’étiquette s’adressent à un public averti qui s’intéresse déjà au vin. Mais comment toucher les néophytes ? Comment initier ceux qui ont le plus besoin de cette culture vinicole ?  A l’instar de Wiine.me, un site qui a pour but d’initier les débutants au vin, créer une communauté sur les réseaux sociaux peut être un moyen d’entrer en contact avec ceux qui ne téléchargeront jamais une application dédiée ni ne taperont le mot « vin » dans Google. Enfin, précise une jeune intervenante italienne : « Il ne faut pas expliquer le vin d’une façon trop technique. Les textes façon Wikipédia que l’on retrouve dans beaucoup d’applications, c’est rébarbatif. Pour ceux qui ne connaissent pas le vin, il faut entrer par l’émotion, le plaisir. » Et sur ces créneaux, les applications ont encore, selon elle, un temps de retard sur la savoureuse dégustation de vin dans la cave ou l’échange convivial avec le vigneron. 

 

Raconter une histoire en communiquant sur Facebook, Instagram ou les blogs

 

Comme le souligne un autre intervenant, « les gens doivent se créer un imaginaire autour du vin. Il ne s’agit pas seulement d’une bouteille : il faut faire vivre l’objet, en se déplaçant dans les vignobles, en rencontrant les vignerons… Quand on parle d’un vin, on parle d’un pays, d’un terroir, de géographie. » Un vigneron ajoute : « derrière le vin, il y a des hommes.  Un savoir-faire artisanal qui se transmet de génération en génération. Rien à voir avec le vin produit industriellement. » Et pour faire vivre leur « produit », pour créer une communauté, les vignerons ont tout intérêt à exploiter le potentiel des réseaux sociaux.  Avec Facebook ou Instagram, il est en effet très simple de poster une photo qui raconte un peu l’histoire d’un vin et des passionnés qui l’entourent. Cet instantané de leur quotidien aide à faire connaître le vin, facilement, d’une façon plus émotionnelle et permet de créer une interaction entre le vigneron et le consommateur. Et elle connaît un vrai succès sur la toile : « quand je poste une photo de vignes, j’ai souvent plein de commentaires positifs » témoigne ainsi un petit producteur de Bourgogne. Reste à convaincre ses fans d’acheter son produit… Enfin, pour ceux qui aiment écrire, un blog bien référencé est aussi un moyen très efficace de se faire connaître et gagner en visibilité. Vignerons, cavistes, petits producteurs : à vos souris, prêts, postez !  

 

Des blogs qui montent : Rdv sur notre blogosphère

Mots-clés

Google+ Linkedin Partager par Email