Contexte

La Loi Evin s'était fixée comme objectif d'encadrer la communication des boissons alcoolisées pour protéger les populations à risques (en particulier les jeunes) d'une consommation excessive.

Si ce combat de santé publique pour une consommation responsable est légitime, Quel constat peut-on tirer après plus de 20 ans d’application de la Loi ? En effet, si la consommation de vin a fortement chuté au cours de cette période, les conduites à risques pour leur part, notamment chez les jeunes, n’ont cessé de se développer.

Premièrement, la loi Evin ne propose pas de définition claire de la publicité, entrainant un flou juridique important. Un article de presse, un reportage télévisé ou une œuvre culturelle évoquant une boisson alcoolisée (dont le vin) peuvent être considérés comme de la publicité.

Conséquences? Des condamnations remettant en cause le travail journalistique ainsi qu’une forme d’autocensure de la part des médias.

D’autre part, la jurisprudence condamne toute forme de publicité « incitative » à la consommation responsable du produit. Se pose alors la question de savoir si la publicité est toujours autorisée dans le cadre de la Loi Evin.

Plus que jamais consciente de ses responsabilités sociétales, Vin & Société souhaite ouvrir le débat autour de cette loi qui conduit à une forte insécurité juridique pour l’ensemble des parties prenantes (professionnels du vin, de la communication et de l’information, avocats, etc…).

En savoir plus? Découvrez les enjeux et perspectives pour la filière viti-vinicole et pour l'ensemble des parties prenantes au travers d'articles, points de vue, exemples concrets et illustrés, après plus de vingt ans d'application de la loi Evin.

Actualités et entretiens

Le vin, produit en voie d'extinction sur Internet?

Le 19 septembre 2013, la MILDT[1], sous la responsabilité du Premier Ministre, avait établi les grandes lignes du plan gouvernemental 2013-2017 de lutte contre la drogue et les…

Exemples de jurisprudences

Google+ Linkedin Partager par Email